Céline vous raconte l'histoire du tifo réalisé lors de France / Russie, le premier de cette ampleur pour un match de l'Équipe de France

Faire un - le premier - tifo pour l’équipe de France ? Dès que Fabien, responsable de l’animation des Irrésistibles Français a posé la question, la réponse a été oui, oui et encore oui. Il fallait rassembler à l’occasion du dernier match de l’équipe de France dans son antre de Saint Denis, France-Russie, juste avant l’Euro 2016. C’est ce que les Irrésistibles Français ont fait.

Aussitôt dit, presque aussitôt fait. Le projet a démarré le 18 juin 2015. Fabien soumet un visuel du projet à la FFF qui est emballée par l’idée. Le bureau des IF travaille d’arrache-pied, de nombreuses heures, pour, dans un premier temps, élaborer des croquis, soumettre toutes les contraintes du tifo à la fédération, organiser les journées de travail et faire le plein de matériel. Nous avions le temps et l’avons pris pour bien faire.

Le matériel reçu fin décembre, c’est dans les premiers jours de janvier que les membres de l’association ont été mis à contribution. Un bien grand mot, car il s’agissait surtout d’une réunion festive ayant pour thème l’art et la créativité. Très rapidement, beaucoup ont répondu à l’appel lancé, accueillant le projet avec excitation. Chacun y est allé de sa spécialité et de ses compétences, pour aider du mieux possible l’association à confectionner ce gigantesque tifo.

Trouver un lieu,  grand, avec une place suffisante pour accueillir plusieurs banderoles était un des critères important pour entreprendre la confection du tifo. C’est naturellement que Maxime a pensé à solliciter son papa, Thierry, pompier, connaissant l’accessibilité de la caserne où il travaille. Maxime, le plombier des hôpitaux de Paris savait qu’« il y avait de grandes chances que cela soit accepté ». Le garage de la caserne était donc réquisitionné et à disposition des Irrésistibles Français, ravis de l’accueil reçu par le personnel de celle-ci. Ainsi, la caserne de Pompiers de Mormant (77), s’est transformée en l’espace de deux journées dominicales, en centre de création artistique, où des ateliers de dessin, peinture et séchage ont pu être organisés.

Thierry et Maxime n’ont pas uniquement participé aux recherches du lieu, mais se sont aussi investis pour réaliser le tifo. Maxime ne cachait pas, d’une part, que c’était « une bonne idée » et d’autre part, son enthousiasme de participer à ce projet. Il nous confiait simplement : « je voulais directement y participer pour aider le groupe. La phrase de la banderole donnait envie et vu le résultat cela valait le coup ».

D’autres se sont évidemment joints à l’élaboration tifo. On pense aux inconditionnels comme Didier et Francine, retraités, qui ont embrassé une nouvelle carrière et une nouvelle jeunesse, en tant que soutiens fidèles des IF. Les missions sont belles, bien variées et illimitées chez les IF. On passe de peintre à logisticien, encadrant à communicant, administrateur. Fanny a fait elle appel au soutien familial en embarquant son père dans l’aventure. Réunis dans une ambiance familiale, c’est avec générosité que les adhérents présents, ont confectionné le tifo, dans la joie et la bonne humeur.

Application, discipline et précisions étaient de rigueur pour aboutir au résultat escompté. On a alors pu voir s’éveiller des vocations de peintre, où le coup de pinceau était minutieux, réfléchi et appliqué. Tout était prévu. Le vidéoprojecteur pour afficher le logo de l’association au mur, et dont les contours étaient ensuite reproduits au marqueur. Il fallait bien préparer le terrain avant d’apposer la peinture. Dessiner les lettres pour confectionner un « 2016, tous unis vers un même objectif : le titre » était un jeu d’enfant pour Fabien dont les talents d’artiste étaient mis à contribution. On distinguait plusieurs équipes, celle des bleus et celle des rouges, chacun y allant d’un coup de pinceau. Les finitions étaient réservées aux plus minutieux. Il ne fallait pas non plus oublier le séchage au sèche-cheveux, une activité appréciée particulièrement par Fanny. Chacun apportait en plus de son aide, sa bonne humeur et sa joie de vivre, ne manquant pas à chaque instant de taquiner son voisin. Notamment sur son travail et son implication.

Le tifo ne s’arrêtait, bien évidemment pas à la confection. Il a fallu aussi préparer le match et aménager l’espace qui nous était réservé, à nous, supporters de l’équipe de France, afin d’assurer la tenue de ce dernier au coup d’envoi de France-Russie. C’est ainsi que 16 IF ont posé une journée de congé pour participer à la mise en place dans l’enceinte du stade, dès 10h00 du matin. Tout était prévu. Les cartons remplis de feuilles roulées bleues, blanches, rouges, un plan détaillé du virage nord complet, des mâts et surtout la fameuse banderole. Des équipes étaient constituées avec une mission précise, accrocher les feuilles sur chaque siège, le tout dans un temps record de 5 heures.

Une grande répétition était même organisée dans l’enceinte de Saint-Denis pour que tout soit parfait. Chacun embrassant son rôle, sur la piste d’athlétisme du stade pour afficher son immense soutien aux Bleus.

A quelques minutes du coup d’envoi, la pression montait pour les adhérents chargés de porter le message, confectionné avec soin et amour. La pluie ne cessait pas et le vent menaçait de déchirer le message… Mais ce fut surtout l’excitation de montrer à des milliers de personnes, un soutien important pour l’Euro 2016 qui les animaient. La mission était relevée. Elle fut accomplie.

Bon nombre admirait la réussite du tifo. Tous les participants, de 3 à 70 ans, pouvaient alors savourer les plus de 250 heures de travail consacrées à ces 5 minutes de plaisir. La photo du résultat final est devenue l’illustration des comptes de réseaux sociaux, des téléphones ou des ordinateurs des ouvriers de l’ombre : la fierté de tous.

Et c’est ainsi que bat toujours le cœur des bleus, à quelques secondes, minutes, jours de cette Euro UEFA 2016.